Confinement : points positifs à être confinés seul ou en famille

mars 30, 2020

Confinement : points positifs à être confinés  seul ou en famille

Entre respect des règles de confinement et vie quotidienne, comment s'organiser ? Se tenir informé, cuisiner avec les moyens du bord, occuper et rassurer les enfants, travailler à la maison pour certains… La cohabitation est un nouveau challenge pour tous. Infos, conseils astuces : tout est là pour que la vie continue, sans oublier de bouger et de penser à ses loisirs parce que, ça aussi, c'est important.

Le premier point est le fait d'avoir une "vie plus ralentit",  vous profiterez des choses simples qui avant ne vous y n'y prêterez aucune attention. 

10 points positifs à être confinés en famille

Vous connaîtrez qu'est ce c'est L'intériorité : un mot que les psys aiment beaucoup, car il touche au cœur de notre travail.

Etre guidé vers un contact entre soi et soi, une relation intérieure riche et apaisée entre tous les différents « moi », actuels, passés et futurs. Lorsque le dialogue est ouvert et circule en soi, nourrit par tous les lieux, les expériences, les réalisations, les liens et les relations vécues et intériorisées alors on ne s’ennuie jamais. La vie est en permanence l’occasion de passer de bons moments, bien accompagné de sa propre présence.

Et comme nous sommes des êtres humains complexes, avec des aptitudes variées et des vécus plus ou moins heureux et sécures, c’est une quête qui se réalise chacun à son rythme, en chemin tout au long de la vie…

10 points positifs à être confinés en famille

Apprendre à ne rien faire et à respirer : 

Ainsi, inviter les enfants, et s’autoriser aussi en tant qu’adulte, à investir des pauses au cours desquelles ne rien faire de spécial, sans culpabiliser. Il est possible de valoriser des instants, sans buts définis ni actions précises, sans aucune sollicitation, à juste « s’ennuyer », laisser le temps passer en se sentant simplement détendu et relaxé…

Paradoxal, en ces temps anxiogènes et plutôt à contre-courant de notre société productive et qui va toujours plus vite, n’est-ce pas ?

Et, en allant au-delà de cette démarche d’investissement des pensées, faire vivre en soi, parfois avec une certaine discipline pour l’aspect positif (fermer volontairement la porte aux pensées anxieuses et négatives), des images mentales agréables crée un changement dans le corps.

Grace à ces pensées positives, par exemple reliées à des personnes que l’on aime, des situations qui éveillent de l’admiration ou de la gratitude, des hormones du bien-être sont secrétées.

Elles remplacent les hormones du stress, ce qui offre un moment ressource appelé aussi « sa zone verte » ou « sa fenêtre de tolérance ».